Les réponses à vos questions sur l’AfriqueCatégorie: EtudesDemande d'entretien pour un mémoire de fin d'étude
Emmanuelle Millet demandée il y a 8 mois

Étudiante à L’INSEEC Business school, je réalise un mémoire de master sur l’entrepreneuriat en Afrique. Je m’intéresse notamment à l’étude du marché de l’entrepreneuriat a savoir les secteurs dans lesquels il y’a le plus d’opportunités , ce qu’il faut savoir pour implanter son business en Afrique?… Afin de mener au mieux mon étude j’aimerais échanger avec différents entrepreneurs qui sont déjà implantés( même ceux qui souhaitent le faire)en Afrique. Merci de me contacter  par mail: emmanuelle.millet@inseec-france.com

1 Réponses
Franck POATY répondue il y a 2 mois

Salut Emmanuelle,
tout d’abord je te souhaite bonne chance pour ton mémoire.
En effet je suis juste un travailleur et j’ai un Diploma en Supply chain management que j’ai obtenu en etudien par distance learning a Alison.
http://www.alison.com
Je suis au congo Brazzaville, plus précisément à Pointe Noire , capital économique.
 Depuis l’indépendance du congo Brazzaville en 1960 ; le congo a hérité d’une culture nettement orientée vers le public, les administrations de l’Etat. Toute personne privée ou pire encore tout étudiant finaliste avait tendance à chercher une place dans le public, travailler dans la fonction publique directement ou indirectement ou encore être un partenaire direct d’une institution publique. La fonction publique, l’armée, la finance et autres établissements restaient l’apanage de ceux qui cherchaient des opportunités fiables et juteux.
Notre économie s’est ralentie depuis des années. Malgré quelques propagandes sur la prise de conscience de la population nationale. Sur des plans d’ajustement structurels, rien n’avait changé au fond. Heureusement ; nous avions le pétrole et le bois qui faisaient des compensations sur les déficits énormes entassées d’année en années. Avec la mauvaise gestion des biens et fonds du pays, tout est à terre. La faute revient à tout le monde, les politiques, pouvoir civil et autres organisations pour la passivité à vouloir planifier et diversifier notre économie.
Plusieurs questions se posent actuellement avec pression.
-Qu’elles sont les secteurs ou il ya plus d’opportunités ?
-Ce qu’il faut faire et savoir pour implanter le business ?
Aujourd’hui, tout le monde s’accorde a changer cette vision des choses passées. Il faut diversifier l’économie. La chute du baril de pétrole a fait ouvrir les yeux à tout un chacun. Le temps de s’assoir et de se poser des vraies questions sur l’avenir du pays a sonné.
En Afrique et particulièrement au Congo, mon beau pays,  il ya beaucoup à faire, à refaire, à développer ou encore à innover. Le secteur des transports, commerce, d’agriculture, d’élevage, de pèche, bref le primaire, secondaire et le tertiaire est a touché ou à retouché.
Au Congo en effet, il ya plus d’opportunité à mon sens dans l’agriculture et l’élevage voir la pèche.
Ces trois points sont vitaux.
Ce grand secteur à  savoir le primaire est encore vierge au congo. Nos régions : Le Kouilou, Niari, Bouenza, Lekoumou, plateau, cuvette, sangha, Likouala…sont des espaces bénis de Dieu, mais inexploités à fond selon ce qu’ils produisent chacun. Tous les spécialistes, chercheurs et diplômés sont d’accord là dessus.
Il est fort de constater qu’en Afrique, particulièrement au Congo, la pauvreté et la l’oisiveté bas son plein.
Nous avons des sols les plus riches du monde, mais rien n’est fait. Nous  ne faisons  qu’importer pour manger.
Nous avons des sols les mieux arrosés au monde avec la présence du fleuve congo ; la deuxième massive au monde après l’Amazonie. Et le Mayombe qui regorge des immenses produits de la nature n’en profitent guère.
Le secteur primaire est le levier des économies congolaises et Africaine.
Les autres secteurs viennent pour faire juste un complément et non en effet comme pour précéder a cet état de fait. Faire le contraire serait un échec.
Le retour à la terre est impératif avons de voir en profondeur les autres secteurs d’activité.
Comment faire pour y réussir ?
Nous devions urgemment mécaniser ce secteur primaire, renforcer les capacités d’exploitation par un apport efficace des moyens logistique. Par l’apport d’une intention particulière à travers des colloques, associations, coopératives, séminaires, études techniques des projets, des startups d’innovation, des études techniques poussées et autres formations pourront donner une place de choix non pas temporairement mais définitivement. Ainsi, le primaire entrainera le secondaire et le secondaire entrainera le tertiaire.
L’état a un rôle à jouer pour la réussite de cet essor. Il doit être un régulateur, donner les moyens nécessaire, mettre en place des textes législatifs, créer des conditions, des plans, des avantages, des initiatives sectorielles, régionales et ceci dans tous les quartiers. Donner  le gout de l’initiative privé.
En Afrique chaque pays doit avant tout consommer national et ensuite exporter vers la sous région.
La stabilité politique et économique au niveau de la sous région est un atout majeur pour les investisseurs étrangers.
Chaque région d’Afrique doit renforcer ces  capacités d’emploi des jeunes dans des produits spécifiques propre à la région concernée.
A la stabilité politique et économique, s’ajoute la stabilité financière, Nous devions financer nos produits et être autonome petit à petit au plan financier. Pourquoi ne pas avoir un franc africain unique comme le dollar, Euro ?
Les Banques doivent soutenir le secteur de l’agriculture d’élevage et de la pèche.
En marketing dans le système économique on parle en termes de 4 P de MacArthy (Produit-Prix-Publicité et Promotion).
Si le produit doit être élaborer avec les normes internationaux de présentation, d’emballage( exemple  de la banane) à un prix abordable donnant accès à toutes les bourses de la population, on pourra donc faire des publicités soutenues et des promotions relatives à la vente et après vente , mettre en place des services après vente au besoin des consommateurs .Tout est question d’une cohésion transparente et fiable.
En supply Chain management, un accent particulier est attaché sur ce que l’on fourni, les usines qui les transforment en chaine, les détaillants et autres vendeurs dans les points de vente qui distribuent, de l’état qui met en place la stabilité de l’économie et les règlements fiables au développement de l’économie bref tout l’écosystème. Il est donc judicieux d’apporter un management adéquat pour le bien des populations à court et a long terme.
A la question de savoir ce qu’il faut savoir pour implanter un business .
Il est important d’analyser le coté étatique les lois, le privé le système économique  et l’interaction entre les branches de l’économie sans oublier la grande question en terme de stabilité pour minimiser les risques.
Il est vrai que dans les affaires les risques zéro n’existent  pas mais il est important d’amener une analyse approfondie sur le règlement du pays, le climat, les consommateurs les circuits logistiques et économiques, bref mener des études fiables de marché.
Merci.
Pour toutes les questions :
Ecrire à : richtechnologie@yahoo.fr

Votre Réponse